» L’Inde de Joanna Lumley  » – sur Arte le soir du 15 août – un magnifique voyage avec une personnalité chaleureuse – à voir et à revoir

Pour le revoir, il faut faire vite, car il reste quelques petits jours – une semaine après la diffusion du 15 août – sur Arte.

La soirée a passé trop rapidement :  le documentaire a la   » qualité BBC  » et est passionnant.

Joanna Lumley est née au Cachemire et elle a retrouvé des souvenirs de son enfance. Sa personnalité chaleureuse, empathique, enthousiaste, irradie.  On la voit choisir sur un marché un cadeau  ( une pendule qui portera bonheur ) destiné à une maison où elle est invitée à une fête,  goûter du sucre de canne nature et expliquer sa recette  ( elle n’hésite jamais à goûter, et se fait expliquer par exemple les qualités du lait de chamelle ). Elle  parcourt des kilomètres en jeep pour aller  rendre visite à une personne qui protège les animaux, prend le train en 3ème classe …  infatigable, elle explique les paysages, les coutumes, s’exclame d’admiration dans un palais …  est  sensible à la pauvreté, dialogue, interroge …

Toujours souriante, gracieuse, elle a l’attitude qui convient, s’habille en harmonie avec les habitudes  locales. Il est difficile de croire qu’elle a l’âge qu’elle confie, 70 ans !

Elle n’est vraiment pas seulement la drôle de Patsy d’ Absolutely fabulous !

J’espère que ses autres reportages seront diffusés, Japon,  Egypte …

Ma chatte blanche et toute fragile, Roxane

car je ne pouvais rester sur un chagrin –  et en allant la chercher dans la petite ferme où elle vivait en famille, j’avais encore le  coeur gros.

Elle n’avait pas le caractère de Gifty, et cette princesse était exclusive. Persane un jour, persane toujours,  elle était  » ma  » chatte et ne supportait aucune concurrence, même humaine. Elle était adorable quand elle boudait, faisait semblant de ne pas me voir si je l’avais laissée seule,  pas longtemps.

La voici à trois mois, puis à 6 mois.

C’était une séductrice, et elle pouvait regarder de côté – seulement moi ! – comme Lady DI. Impériale en voyage, et un tout petit poids.

Elle était jalouse de F.  et quand il est mort, elle a tout de suite compris qu’il ne reviendrait pas. Elle a alors apporté sa souris en vichy rose … et a montré sa joie, en la lançant en l’air, et aussi son appétit  car elle a mangé de bon coeur.  Un tel naturel était quand même drôle…

Elle aussi est partie un mois d’août, dans son sommeil, et elle a miaulé avant pour dire au revoir. Car j’espère qu’au Paradis, nous  nous retrouverons toutes et tous, quand nous nous sommes aimé-es.  Saint François d’Assise est bien d’accord !

Mais je m’égare …

Photos France Fougère – ne pas reproduire, merci, copyright

 

Journée internationale des chats noirs – en souvenir de Gifty, mon premier chat bien à moi, parti en août 1997

C’était un gros chat sensible. Je l’avais appelé  » Gifty  » – petit cadeau.

En vacances dans le Midi, nous avions vu une chatte abandonnée dans la forêt.  Elle ne se laissait pas approcher, mais une dame  lui apportait  à manger tous les jours. Elle avait eu un seul chaton, sûrement d’un chat sauvage, mais elle l’élevait très bien. Cette lady-cat avait eu  l’habitude de la litière et on la voyait qui apprenait à son chaton à faire comme elle dans un tas de sable. Je n’ai pu partir en laissant le chaton dans la nature … et il a été mon premier chat vraiment  à moi.

Heureusement qu’il a été sorti de la forêt, car dans le mois qui a suivi,  il est tombé du fauteuil en hurlant de douleur.  Le très bon vétérinaire à Paris a diagnostiqué une importante carence en calcium, qui aurait provoqué la paralysie et la mort très douloureuse s’il était resté  dans la nature. Mais  il a été soigné par des piqures intra-veineuses de calcium dans ses  toutes petites veines, et il a été bien courageux.

J’ai été très contente le jour où il a escaladé les rideaux !

Il a fallu la stérilisation … j’ai eu le tort de faire   » confiance  » à un vétérinaire de Saint-Malo, et cela s’est très mal passé. On m’a dit qu’on l’avait mal anesthésié et qu’il s’était réveillé pendant l’opération. Je pense qu’il a eu peur, et qu’il a été maltraité. Car nous n’avons jamais pu retourner chez un vétérinaire pour les vaccins : il en avait la prescience et faisait une colère de chat dans son sac ! jusqu’à ce qu’on déclare forfait et qu’on retourne à la maison.

Il est resté claustrophobe après cette horreur. Il fallait ouvrir le dessus du sac sinon il était mal en voyage,  mais s’il avait de l’air – et  avait bien  fait comprendre qu’il n’était pas le genre de chat qu’on enferme !  il  était alors tout calme. Il a vécu jusqu’à 17  ans et a été emporté par une crise d’urémie, malgré les soins et le régime.

Je n’avais jamais envisagé son départ …

Le voilà  qui prend le frais sagement dans un bac à fleurs.  Il n’a jamais essayé d’attraper les oiseaux, et était un chat fort sociable. Un gros amour de chat.

Oui, les chats noirs portent bonheur, comme tous les chats.

Photo France Fougère -ne pas reproduire, merci  – copyright

On ne peut pas être vegan tout le temps ! Sorry ! Arrêt buffet à Saint Brice en Cogles ( forêt bretonne )

Hôtel du Lion d’ Or  ( remarquez le jeu de mots )

Autrefois … on y dégustait un vrai poulet rôti de la campagne – et voilà les surgelés – mais c’était bon ( mon assiette,  dinde qui aurait pu être du poulet à la normande c’est à dire à la crème ) et du cidre

Assiette en face :

Et voilà le dessert :

avec la note culturelle :  » La gastronomie est l’art d’utiliser la nourriture pour créer le bonheur   »

Photos France FOUGERE – tous mes droits réservés, etc, copyright – merci !