Alex fils d’esclave – par Christel Mouchard – Flammarion jeunesse – ( dès 13 ans et tout le monde )- Sous forme romancée, la saga des Dumas

Alex, c’est Thomas Alexandre  Dumas, né à Saint-Domingue, général d’Empire. D’ailleurs voici la généalogie des Dumas :

L’auteur précise en annexe ce qui est vrai, et ce qu’elle a reconstitué dans sa belle biographie romancée des Dumas, en commençant par Cessette Dumas, qu’on ne connait pas bien, mais qui a des descendants vivant en Haïti. Dans le cours du récit, Cessette explique à  son fils Alex qu’elle vient d’Afrique, et que, son père, un grand chef  ayant été vaincu, elle a été vendue comme esclave, mais est devenue rapidement la compagne d’Antoine Davy, qui l’a affranchie, de même que ses deux enfants Alex et Rose. Mais … Antoine Davy a oublié d’officialiser  les affranchissements.

Elle lui dit aussi que son nom en Afrique était « Doumah « … Dumas…

Alex est né le 25 mars  1762 dans la petite ville de Jérémie, en Haïti, nom actuel de l’ancienne Saint-Domingue : « l’habitation de son père ( dont le nom véritable est l’habitation  Madère ) était située au sommet d’une morne, au-dessus de la rivière de la Guimaudée, près du hameau  de Latibolière. La maison n’existe plus, mais le paysage, magnifique, n’a sans doute pas beaucoup changé « .

Au début du récit, c’est le bonheur de vivre :

 » Alex mordit dans la canne à sucre. Le jus coula dans sa gorge, frais et doux. Moment de pur bonheur… Le soleil se levait, l’air était tiède. Devant lui, ondulait la ligne des mornes – collines verdoyantes couvertes de bananiers et de manguiers. « 

Mam lui demande de rattraper son père,  qui s’en est allé à la ville, pour lui demander de rapporter du mamba. Son père lui parle d’une façon dont il n’a compris le sens que le lendemain. Car Antoine Davy  est parti, après avoir vendu  sa propriété. Sa compagne, ses enfants Rose et Alex sont des  » biens  » vendus en même temps, et ils s’en vont  comme esclaves vers le domaine du maître à Port au Prince. Sur place, il leur est ordonné de travailler dans les champs de canne à sucre, et quant à Cessette, elle gardera les troupeaux. C’est le drame, incompréhensible et révoltant. Immédiatement, Alex, rudoyé, fouetté, de même que sa soeur Rose pense à s’enfuir …

Après la tornade qui ravage l’ïle, et emporte Cessette, le salut survient pour Alex, sous la forme du capitaine Ponche, une sorte de pirate qui s’embarque en direction du Havre après l’avoir acheté. Et au port, Alex a la stupéfaction de revoir son père, très content de lui-même, qui lui explique avoir vendu ses biens, dont les êtres humains qu’il aimait pour pouvoir se rendre en France et changer de vie.

Alex va de surprise en surprise,  car son père lui révèle  son titre, marquis de la Pailleterie, le jeune homme étant comte. Il lui fait les honneurs de son château de famille et du domaine en Normandie. Ils ne restent pas longtemps biens de famille, car le marquis  vend château et terres pour se rendre à Paris  se faire reconnaître comme gentilhomme, en donnant à  son fils la bonne éducation dont il a besoin. Effectivement, Alex s’adonne à la poésie, et surtout il prend des leçons d’escrime qui lui sont immédiatement utiles pour défendre son honneur et se battre en duel. Il suscite l’admiration de la fille de l’aubergiste,  Marie-Louise Labouret, et de quelques autres jeunes filles quand il fait son entrée à la cour de Versailles, en tant que protégé du duc d’Orléans.

A Paris, comme à Saint-Domingue, la révolution gronde … Cessette n’est pas morte dans la tornade, car elle s’est cachée et a rejoint une communauté qui prépare la révolte des esclaves.

Peu d’années après, car l’Histoire va vite, Alex épouse Marie-Louise, devient général, mais quand l’empereur qui a rétabli l’esclavage, lui demande d’aller à Saint-Domingue réprimer le mouvement de révolte, il ne peut que refuser. Par honneur, fidélité aux siens, il subit les représailles de Napoléon.

Son fils Alexandre le romancier, l’autre grand homme, lui rend justice tout au long de sa vie  car il avait seulement quatre ans quand son père est mort trop tôt, des suites d’un emprisonnement à Naples dont Napoléon n’a pas voulu le délivrer. Ainsi nait  » le Comte de Monte-Cristo « .

La belle histoire vraie d’Alex, Alexandre père et fils, est admirablement racontée, et ne peut que séduire toutes celles, tous ceux qui aiment l’écrivain sensible, l’homme au grand coeur.

 

Et … la signature, la superbe  signature, est celle d’Alexandre Dumas le romancier qui avait une belle écriture.

Elle éclaire aussi sur un thème historique, l’esclavage, la condition si cruelle  des femmes et des hommes  qui  est ainsi exposée de la façon la plus concrète.

On célèbre en effet le 170ème anniversaire de l’abolition de l’esclavage.

Christel Mouchard – Alex fils d’esclave -Biographie romancée –  Flammarion jeunesse – Illustrations de François Roca – Format 14  x21 cm – 320 pages –15 Euros ( Dès 13 ans )

( Tous droits réservés, etc – copyright )

 » I have a dream  » – 52 icônes noires qui ont marqué l’Histoire – Album documentaire Casterman – ( Dès 8 ans et tout le monde )

Les  52 personnalités présentées dans ce bel album ont en commun d’être exceptionnelles, d’avoir un talent et des rêves, de les avoir réalisés, avec courage – et aussi d’être Noires.  » Be young, gifted and black  » …  déclare Nina Simone. Mais pas seulement !

Elles/ils sont évidemment des modèles,  des sources d’inspiration pour  les femmes et hommes de bonne volonté,  les enfants,  de l’humanité tout entière.

Pour chacun/e, une page illustrée de présentation avec une phrase significative mise en valeur. Leur nombre pourrait être plus important : à la lectrice/lecteur, d’ajouter selon ses affinités.

 

Ils sont des intellectuels, comme Alexandre Dumas père, des artistes, telle Josephine Baker, sportifs  :  Pelé, ou Wilma Rudolph,   » la Gazelle noire « , des politiques, ou des femmes travaillant qui un jour se sont imposées, comme Rosa Parks,  disant tout simplement :  » J’étais surtout fatiguée de devoir  toujours  céder » :

André Malraux l’a formulé autrement :  »  Dire non, les mains nues « .

Et ce n’est jamais fini !

Jamia Wilson, écrivain américaine, est directrice de la revue universitaire  » The Feminist « .

Andrea Pippins, illustratrice, designer, auteur :  » elle veut donner aux femmes la force de s’émanciper et réaliser leurs propres rêves « .

En fin de volume, les photographies sur une double page.

52 icônes noires qui ont marqué l’Histoire – Textes de Jamia Wilson – Illustrations d’Andrea Pippins  – Casterman – Album cartonné format 24 x 28 cm – 64 pages- 14, 95 Euros -( Dès  8 ans )

 

La légende de Mulan – d’après un conte traditionnel chinois – Superbe album grand format du Père Castor – ( Dès 6 ans et tout le monde ! )

 Kochka raconte la légende de  Mulan, jeune fille chinoise indépendante qui, au IVème siècle ap. J.C.,  s’engage d’elle-même  pour sauver son pays, et sa famille.

Déjà, la guerre … le père très âgé de Mulan est mobilisé. Afin de le mettre à l’abri,  sa fille décide  de laisser son métier à tisser et de se déguiser en  homme pour prendre sa place, ce qui était tout de même très hardi. Et son stratagème fonctionne ! Pendant dix ans, Mulan prend part aux batailles, et, la guerre gagnée,  elle peut enfin retrouver sa famille et être elle-même.

L’adaptation est au plus près de la légende, et les illustrations de Donatien Mary sont d’une beauté somptueuse, à la façon des estampes chinoises.

Le grand format à l’italienne fait de cet album une véritable oeuvre d’art, qui permet de découvrir une autre culture, une autre Histoire … et déjà … l’émancipation de la jeune femme, sa liberté de choix. Son indépendance.

La Légende de Mulan – par Kochka, d’après la tradition chinoise – Illustrations de Donatien Mary – Père Castor – Album grand format cartonné 30 x 26 cm- 32 pages – 14 Euros – ( Dès 6 ans )

Tous droits réservés, etc – copyright

Monet et les Impressionnistes – Casterman – Collection  » L’Histoire de l’art en BD  » ( dès 8 ans et pour tous )

Claude Monet, né à Paris le 14 novembre 1840,  part vers ses cinq ans avec sa famille vivre au Havre. Au lycée, il s’intéresse au dessin, à la peinture, et est rapidement connu  pour ses portraits  » charges  » qui déjà, trouvent des acheteurs. Déjà aussi,  il rencontre très vite d’autres peintres tel Eugène Boudin, avec qui il apprécie le grand air et  la luminosité du ciel, les paysages.

Il  part à Paris, visite les musées, les ateliers d’autres peintres avec lesquels il a des affinités et les amitiés se nouent : Frédéric Bazille, Renoir, Manet…

Il rejoint le mouvement des artistes qui sortent de leurs ateliers pour peindre au coeur de la ville ou en pleine nature. Devenus indépendants, ils doivent faire des efforts pour se faire connaître, pour vendre, donc vivre de leurs oeuvres. Ils exposent dans les Salons, les lieux où se confrontent leurs talents, et prennent connaissance des critiques moqueuses, de moins en moins, ou élogieuses, enthousiastes.

La gare Saint-Lazare devient une vedette … et les fumées des trains également.

Difficultés financières, épreuves et bonheurs familiaux, la genèse du célèbre   » Impression soleil levant   »  ( au Havre ), rencontres avec des hommes politiques comme Clemenceau, des marchands de tableaux : Durand-Ruel fait traverser l’Atlantique aux tableaux impressionnistes vers les Etats-Unis où ils sont fort appréciés des amateurs d’art,  tous les épisodes sont mis en images de façon fort agréable, jusqu’aux succès, à la maison de Giverny et son jardin, l’autre passion de Monet.

Beaucoup d’anecdotes, et en fin de volume, des reproductions des  » vrais  » tableaux de Monet et des Impressionnistes, accompagnées de notices claires explicatives.

Bruno Heitz est depuis trente ans auteur-illustrateur pour la jeunesse chez divers éditeurs. Chez Casterman, il publie  » Louisette la taupe  » ainsi que les nombreux volumes de   » L’Histoire de France en BD « , un succès.

Marion Augustin, après des études d’Histoire de l’Art, est guide-conférencière dans plusieurs musées et lieux historiques français.

Textes de Marion Augustin- Illustrations de Bruno Heitz – Monet et les Impressionnistes – BD  –  Casterman – Album cartonné format 20 cm x 27 cm  – 48 pages – 12, 95 Euros – Collection   » L’Histoire de l’Art en BD –  ( Dès 8  ans )

Tous droits réservés, etc – copyright

 

Un carnet tout neuf à remplir – avec des idées et des stickers – par « Bulledop  » – Flammarion Jeunesse

 

Le carnet est fort joli avec sa couverture solide japonisante –  Il comprend une double page de stickers  et  une jaquette qui, dépliée, donne des quantités d’Inspirations pour personnaliser son book personnel !

Mon Bullet avec …  Bulledop  – ( Youtubeuse ) – Flammarion Jeunesse – Format 14 x 20 cm – 128 pages blanches à remplir – couverture repliée en couleurs – 9, 95 Euros –  ( Dès 14  ans et tout le monde )

( Tous droits réservés, etc – copyright )

Choupette, arrête ! – Texte et illustrations de Sibylle Delacroix – Casterman – Album BD amusant et pédagogique – dès 3 ans

Choupette est une adorable petite fille qui essaie de comprendre les contradictions des grandes personnes, ses parents – dans les diverses situations de sa vie quotidienne. Et c’est fort amusant !

Ainsi Choupette est assise au cinéma à côté de son Papa. Elle sort son paquet de bonbons,  se tortille un peu sur le fauteuil si grand pour elle. Et son Papa finit par lui dire :  -Chut, Choupette !!-même quand  la petite fille lui propose gentiment un bonbon.  Mais le téléphone portable de son père se met à sonner dans sa poche … et c’est le voisin de l’autre côté qui fait : – Chutt ! – à son père. Puis on voit le regard malicieux de Choupette !

Dehors, on lui répète de faire attention,  à la glace qui peut tâcher,  au chat qu’il ne faut pas trop taquiner, à la rue à cause des voitures, des bicyclettes …  Choupette alors décide de ne plus sortir de la maison   » c’est trop dangereux dehors  » !

S’il pleut, Maman dit à Choupette de ne pas sauter dans les flaques, même avec ses jolies bottes, de ne pas  jouer avec son parapluie … pour ne pas se  mouiller… mais à la maison … il faut qu’elle prenne son bain !

Bien observé, vraiment, en particulier pour la question des   » bonjour  » :  un sujet de réflexion pour les parents !

Une réussite, par le format, la couverture bien souple, les dessins jolis et drôles, les coloris simples :  tout parle et les personnages sont sympathiques.

Sybille Delacroix,diplômée de l’Ecole de recherche d’art graphique à Bruxelles, a déjà publié de nombreux livres pour la jeunesse, en particulier chez Casterman.

Sybille Delacroix – Texte et illustrations – Choupette –  Choupette, arrête ! – Album à couverture souple format 19 x 23 cm – 64 pages – 9,90 Euros – ( Dès  3 ans )

( Tous droits réservés, etc – copyright )

Une nouvelle collection pour les apprentis lecteurs – et enfants dyslexiques – Le Club des Dys – Un cadeau pour Lou- Les lunettes de Benoît – Castor Poche – ( dès 7 ans )

Lou, Léon et Benoît forment le Club des Dys.  Leurs aventures sont racontées de façon très agréable, avec des illustrations vives  d’Ewen Blain, une typographie adaptée, EasyReading ( Copyright), préconisée par les spécialistes.  Pour un repérage immédiat des paroles, les dialogues se lisent en italiques. De même, les titres des chapitres sont bien clairs,  les textes aérés.

Bien plus, chaque volume est consacré à une aventure qui peut concerner  tous les jeunes lecteurs. Afin d’aider les enfants dyslexiques, il existe une entrée par son étudié, pour chaque  histoire, et elle est  identifiée avec une couleur qui permet de mieux comprendre et suivre.

Des petits jeux sont ajoutés à la fin de chaque volume,  ainsi que sous les rabats, avec  un  » dico-mots « .

La collection est réalisée sous la direction neuroscientifique de Marie-Pierre Bidal, psychologue clinicienne et présidente de l’association « potentialys . »

L’auteur, Nadine Brun-Cosme a une grande expérience de la littérature pour la jeunesse et est publiée depuis une trentaine d’années. Elle anime depuis longtemps aussi des temps et des ateliers d’écriture auprès d’adultes et et d’enfants.

Voici les présentations et résumé de chaque histoire :

 

Le Club des DYS – par Nadine Brun-Cosme – Illustrations d’Ewen Blain – Les deux premiers volumes de la collection  : Les lunettes de Benoît – Le cadeau pour Lou- Chaque volume format 15 x 20 cm – broché avec rabats –  48 pages – 8 Euros – ( Dès 7 ans )

( Tous droits réservés, et – copyright )