Paillette et Lilicorne – La grosse bêtise – La drôle de maladie – Chaque charmant album chez Casterman – ( Dès 3 ans )

Couleurs pastel agrémentée d’argent – pour raconter de façon charmante, poétique  ( et aussi éducative mais les enfants ne s’en rendent pas compte ! ) les aventures de deux complices,  Paillette la petite fille pleine de vie et d’imagination,  et  Lilicorne qui, comme son nom l’indique, est une licorne qui  rayonne.

 

La grosse bêtise :

Paillette s’ennuie à la maison, mais elle a une idée : elle va faire de la peinture … sur le mur  de sa chambre,  et si elle est enchantée de son résultat, ce n’est pas le cas de sa mère, qui la gronde. Arrive Lilicorne qui croit arranger la situation en peignant une véritable fresque, un travail d’art qui fait s’extasier la famille.

Trop injuste, pense Paillette, qui  préfère s’enfuir … sans rien dire à personne. Tout au long du chemin, elle peint,  elle dessine des rayures orange sur le dos du pigeon, elle colore en bleu le caniveau qui devient tout beau.

La famille  cherche la petite fille, qui sera facile à trouver, en suivant les traces colorées !

La drôle de maladie :

En classe, la voisine de Paillette découvre qu’elle a la varicelle, et bien sûr, elle retourne à la maison. C’est exactement ce que souhaiterait Paillette, qui aimerait passer davantage de temps avec ses parents.  Elle imagine un tour de sa façon, mais cela ne se passe pas comme elle l’avait prévu. Heureusement, Lilicorne est là !

 

Capucine Lewalle – Illustrations de Bérengère Delaporte –  Paillette et Lilicorne – La grossse bêtise – La drôle de maladie – Chaque album chez Casterman –  Format 18 x 18 cm – 32 pages – 6, 95 Euros – ( Dès 3 ans )

 

Tous droits réservés, etc – copyright

 

Mon amie la sirène – Texte et illustrations par Nathalie Minne – Les Albums Casterman ( grand format spectaculaire ) –

 

img_0001

 

img_0003

 

Si des enfants sont attristés par la vie si douloureuse de la jolie sirène d’Andersen, ce merveilleux  conte contemporain peut les charmer.

Malo, un jeune garçon vit au plus près de la mer, sur une falaise. Un jour, la tempête fait rage, avec des vagues immenses,  des bruits terrifiants, et le lendemain, il entend une plainte venant de la plage.

Il va voir, et il découvre une petite fille au creux d’un rocher. Mais quand il veut l’aider à sortir de l’eau, elle refuse, et veut rester là où elle est.  Malo prend soin d’elle, lui apporte des cerises,  une tarte aux pommes avec de la crème, et elle découvre toutes ces délices, évidemment.

Tout doucement, ils sont en confiance l’un avec l’autre. Malo lui explique que son père lui a toujours dit qu’il fallait se méfier des sirènes car on sait bien qu’elles entraînent  les marins  au fond  de la mer.  Elle proteste et lui affirme qu’au contraire elles viennent au secours des  naufragés ! De son côté, elle lui confie que son père l’a mise en garde contre les humains, qui ne veulent pas de bien aux sirènes.

Elle lui raconte ce qu’est la mer   »  les vagues gigantesques qui l’ont jetée sur ce rivage,  les orques qui ressemblent à des vaches,  mais sont des fauves silencieux et rapides,  la lumière douce,  les montagnes chaudes et les  vallées glacées. Malo imagine la mer où les bulles d’air montent doucement vers le ciel,  où l’on peut sauter d’une falaise sans tomber, où l’on peut voyager en dormant porté par le courant « .

Quand  la petite sirène a recouvré ses forces,  elle s’en va vers la mer … et Malo  la suit … mais pas pour toujours. Un jour, il se revient avec des  souvenirs heureux et  « au fond de sa poche un  galet qu’elle lui a donné, un galet en forme de coeur « .

Les  magnifiques illustrations de Nathalie Minne mettent en valeur le monde fascinant de la mer et des sirènes  – et aussi une belle histoire de confiance méritée au jour le jour et d’amitié.

Nathalie Minne originaire du pays de Caux … du pays des falaises …   diplômée d’art graphique, a commencé par travailler  dans des ateliers de création graphique. Elle a toujours souhaité écrire et illustrer  ses propres histoires.  C’est ainsi qu’elle a publié  en  2009 son premier album pour enfants,   » Le petit voleur de mots « , caractérisé par son utilisation du pastel gras,  de la linogravure et des papiers collés.

Mon amie la sirène – Texte et illustrations de Nathalie Minne –  Les Albums Casterman – Grand format cartonné   29 x 37 cm –  32 pages – 18, 90 Euros

 

img_0002

( Tous droits réservés, etc -copyright )