17 août : fête internationale des chats noirs

Et voici Gifty  ( petit cadeau ) , mon premier chat rescapé chaton de  la forêt provençale et d’une grave maladie par carences alimentaires du départ, sauvé pour des années de bonheur, chat sensible … En train, il ne supportait pas les arrêts, et miaulait  si bien que le train repartait. Il devait croire que c’était grâce à lui !

GIFTY – chat noir sur caban ( veste marine ). Miss H, persane beige doré, aime aussi  le bleu marine …

Photo France FOUGERE – tous mes droits réservés, etc, – copyright – merci !

Architecture du patrimoine français – abbayes, églises, cathédrales, châteaux – Collectif – aux Editions Ouest-France ( magnifique ouvrage )

 

Sur la couverture – en haut : l »église et le mausolée des Valois  à Saint-Denis – Gravure par Jean Marot – XVIIème siècle

– en bas: le château de Chambord

Architecture des abbayes : à l’origine de la vie monastique, il faut un point d’eau  pour les solitaires,  les ermites,  et les cénobites. La première communauté de moines se forma en Thébaïde; Egypte par Pacôme ( vers 323 ) qui incite sa soeur Marie de constituer une communauté de femmes. Un monachisme chrétien s’est déjà formé dans l’Empire romain,  avant même que l’Empereur Constantin n’accorde la liberté de culte par son édit de 313,  et il essaime jusque dans l’Outre-Manche  jusqu’à connaitre un grand essor vers l’an mil et ensuite.

Photographies des grandes abbayes, Saint-Gall, Cluny, Fontevraud, la Grande-Chartreuse, Royaumont …   avec des plans et des cartes concernant la France et l’Europe- de chapitre en chapitre  des portraits, et des photographies.

Pour chaque partie, un spécialiste  explique, décrit :

Architecture des églises romanes, de l’Antiquité au Moyen Age, un art européen avec un glissement  vers les formes gothiques

Architecture des cathédrales gothiques, premières expériences et   » deuxième génération  »

Architecture des châteaux-forts – définition,, contexte et influences,  chronologie, dans la  stratégie militaire médiévale, l’art dans ces châteaux,  de la légitimation au plaisir.  Des développements fort intéressants sont consacrés à la vie quotidienne, meubles ou non, éclairage, chauffage, commodités diverses

Architecture  des châteaux de la Renaissance – la France au lendemain de la guerre de Cent ans,  le choc des guerres d’Italie (  1494- 1515 ),  la floraison du Val de Loire,  l’apothéose de la Renaissance française ( 1540- 1559 ),  les derniers grands projets de la couronne – jusqu’en 1600.

une curiosité : le plan reconstitué en 3 D du  « gigantesque château « du cardinal de Richelieu qu’il n’eut pas le temps d’occuper et qui, on peut le déplorer, a été entièrement détruit.

Architecture des châteaux classiques – d’Henri IV à Louis XIV – les châteaux inspirés de Versailles –  le second souffle de l’architecture classique française sous Louis XV et Louis XVI.

Lexique – Bibliographie

Une évasion superbe  et enrichissante grâce à ce  beau livre soigné ( avec tranchefile )En couverture dos :  -en haut à gauche,  l’abbaye de Sénanque ( 84 ), galeries du cloître  –  En haut à droite : la cathédrale de Strasbourg  – en bas : le château-abbaye de Loarre ( Espagne )

 

( Tous droits réservés, etc – copyright )

Lisa Ballantyne – Au loup – roman policier traduit de l’anglais – Belfond Noir

Comment se fait-il qu’Angela, treize ans, ait pu autant changer ? Elle était une bonne élève, sérieuse, sociable, et la voilà qui ne travaille plus. Elle en arrive à se bagarrer avec  une de ses camarades,  au point de lui arracher des cheveux.  Sa mère, Donna,  est convoquée par M. Pickering, le principal, qui lui annonce la sanction : Angela sera exclue pendant une semaine. Il a demandé si tout allait bien à la maison, et Donna a assuré que la séparation s’était bien passée, ce qui était tout le contraire de la réalité.

De plus, Angela avale des quantités de bonbons, ce qui agace aussi sa mère. Elle avertit sa fille qu’elle  prend du volume, et est moins jolie. Et si c’était ce que veut Angela ? Grossir, s’enrober d’une protection ? Cela ne suffit pas, et Angela fait une tentative de suicide, avec une forte quantité de comprimés. Et Donna est obligée de mettre au courant le père éloigné, Stephen le policier, qui s’est mis à détester Donna. De son  côté, elle boit un verre, une bouteille, pour se réconforter…

Dans une autre famille, celle de Marina, Dick, et leurs deux jeunes enfants, la soirée s’annonce bien :

 » C’était un vendredi comme les autres. Marina rinçait des  crevettes fraîches sous l’eau pendant qu’à l’étage, Nick donnait le bain aux enfants. Un rioja avait été mis à décanter et la cuisine embaumait l’ail. La fameuse paella de Marina mijotait sur la gazinière, le riz s’imprégnait  du suc des tomates et des oignons.  Les vendredis, Marina  rentrait du travail  aux alentours de 18 heures et, plutôt que de sortir,  ils aimaient rester chez eux pour pouvoir discuter et se détendre une fois les enfants couchés.  C’était leur moment préféré de la semaine. Nick avait nourri les petits, juste avant le retour de Marina… A présent, ils prenaient leur bain ensemble : Ava, quatre ans, faisait des gâteaux avec la mousse du savon et Nick devait faire semblant de les manger. »

Après sa tentative de suicide, Angela a été  hospitalisée, et elle a révélé à sa mère que son professeur d’art dramatique l’a agressée sexuellement. Et tout s’enchaîne, malheureusement pour Nick, le professeur de théâtre si sympathique, acteur connu par ailleurs.

C »st terrible aussi pour sa famille, car Marina ne demande qu’à croire son mari qui lui assure qu’il n’a rien fait de tel. Mais si c’était vrai ? Le doute s’installe chez elle.

L’enquête suit son cours, dramatiquement, car en attendant les résultats des tests,  Nick n’a plus le droit de voir ses enfants,  d’aller les chercher en classe. Il ne doit avoir aucun contact avec eux et la situation se dramatise encore quand  il est privé de son activité d’enseignant. En peu de temps, il est mis au ban de la société, alors qu’il ne comprend pas  et qu’il proteste de son innocence.

Du côté d’Angela, d’autres surprises attendent sa mère… L’adolescente avait un petit ami, et de plus, elle est enceinte.  Qui est le malheureux papa ?

Le dicton selon lequel  » il n’y a pas de fumée sans feu  » est faux, évidemment. Mais qui trompe qui ? Qui joue un rôle jusqu’à l’extrême, jusqu’à la révélation stupéfiante ?

Excellent suspense dans un ou même deux huis-clos  familiaux, une histoire qui peut se produire, hélas.

Lisa Ballantyne mène le jeu, et le lecteur est conquis/e.

Lisa Ballantyne – Au loup- Roman traduit de l’anglais   » Little  liar  »  par Carla Lavaste – Editions Belfond NOIR – 342 pages  – 20 Euros

( Tous droits réservés, etc – copyright )

 

 

Au fil des saisons – par Gabrielle Vincent- Casterman –  » Les imagiers d’Ernest et Célestine « – ( dès 2 ans et tout le monde )

En été, on prend ses paniers pour cueillir les prunes, comme sur la couverture, et on  les partage, par exemple en grandes tartes. « On  » : les amis, Ernest, le gros ours gentil, et Célestine, la mignonne souris.  Ils vivent les bonheurs de l’été, en se reposant à l’ombre, ou en savourant la lumière incomparable. Quand cette lumière s’en va, au lieu de regretter la pluie de l’automne, les amis préparent un grand pique-nique en s’abritant  sous  un parapluie, auquel ils invitent  des amis. Puis le soleil apparait, et  ils admirent les couleurs flamboyantes.

Ils seront  prêts pour aller chercher un sapin qui sera décoré pour Noël, se réchauffer avec un très bon chocolat bu d’un trait, au  chaud grâce à la couette en patchwork cousue  par Ernest pour sa protégée.

Ensuite, le cycle des saisons recommencera avec le vert tendre des arbres au printemps, le goût des fraises, les guirlandes de fleurs qui décoreront la maison, en sentant le piquant du vent nouveau …

Les instants délicieux de la vie quotidienne  sont rassemblés dans cet album aux couleurs tendres,  agrémenté d’images exquises accompagnant les courtes histoires inédites.

Gabrielle Vincent, peintre, illustratrice et conteuse, est née à Bruxelles. Elle est décédée en 2000, occupant toujours une place de tout premier plan dans la  littérature enfantine.

Elle a imaginé et illustré la série Ernest et Célestine, illustré aussi de ses nombreux dessins à l’aquarelle de nombreux albums. Sous le nom de Monique Martin, elle a  mené une activité de peintre.

Au fil des saisons – Texte et illustrations de Gabrielle Vincent – Editions Casterman – Album cartonné format 22 x 22 cm, gardes bleues – 64 pages – 14, 90 Euros – ( Dès 2 ans )

( Tous droits réservés, etc – copyright )

Bonne suite de dimanche que j’espère paisible pour tout le monde : voici des nouvelles de Notre-Dame de Paris…

… la revue de presse se poursuivra exceptionnellement le 15 Août, jour de l’Assomption … amitiés  à toutes et tous

CLIQUER EN GRAND POUR MIEUX LIRE

Il avait vraiment tout vu, le grand homme,  de son oeil de voyant, même le plomb fondu dans l’incendie…

 

Merci « les éditions Le Point Seuil « , OF, le Figaro – tous leurs droits réservés, etc – copyright

Intermède … it is me ! oui, c’est France !

J’ai 9 ans ? 10 ans ? C’est en Champagne, au-dessus de la rivière Aube. Une bonne marche pour aller prendre un bain et nager  lors des étés si chauds.

J’aime bien cette photo, car j’avais été très malade à 6 ans – et vraiment cela ne se voit pas.

A mes 8 ans – avec Zita, tellement aimée, qui était si protectrice et maternelle avec moi, et tous les enfants. Ma mère a brodé ma robe avec des smocks. Je tiens ferme la laisse,

Une autre année, avec le caniche gris, Twinny, qui nous a donné à chacun l’impression qu’il était le préféré.

A Vence, un été en Provence ( maillot de bain une pièce et jupe )

Vence …

Vence …

A Sorrente  ( je peux toujours porter cet ensemble intemporel )

Avec mes parents, à Saint-Paul de Vence. Les colombes se sont envolées …

Photographies FRANCE FOUGERE  -tous mes droits réservés, etc – copyright – reproduction interdite – merci !