Rodin et Eros – Texte de Pascal Bonafoux – Editions de La Martinière

lepapillondeslivrescerclerenevigo

Image

 » La sculpture donne de l’âme au marbre «   écrit Chateaubriand.

Auguste Rodin y ajoutait la lumière, faisant  tourner une sculpture sur son socle pour faire admirer à un visiteur les ombres et les lumières mettant en valeur les détails, ce qu’il appelait   » le modelé « . Plâtre, marbre, bronze ou dessin, c’est la vie, la sensualité que Rodin saisissait, l’oeil, la main toujours en alerte.

Le poète Rainer Maria Rilke, qui fut son secrétaire, écrit à sa femme en 1912 :  » C’est le traitement des surfaces, un peu  le contraire des contours, ce qui remplit les contours. C’est la loi et le rapport des surfaces.Tu comprends, il n’y a  pour lui que le modelé »…

Et Rodin explique :  » Devant le modèle, je travaille avec autant de volonté de reproduire la vérité que si  je faisais un portrait ; je ne corrige pas la nature ; je…

View original post 1 007 mots de plus

Une réflexion sur “Rodin et Eros – Texte de Pascal Bonafoux – Editions de La Martinière

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s