Claire Gallois – Et si tu n’existais pas – Roman – Editions Stock

img

 

Claire Gallois, dont on apprécie tellement les romans un peu acérés, comme   » A mon seul désir « ,  » La fille cousue de fil blanc « ,    » Des roses plein les bras « …    les oeuvres  plus récentes  :  » L’honneur du chômeur « ,  » Vivre libre  » … les chroniques alertes dans  Le Point, par exemple,  se confie dans son beau  roman  – récit plutôt – très touchant, lumineux,  qui reste dans le coeur longtemps après sa lecture, par son intensité, sa sincérité.

Jusqu’à ses six ans, elle a vécu des  heures radieuses chez sa nounou  :   » J’avais deux mois quand Yaya m’a prise dans ses bras » .

La maison de Yaya à la campagne dans la Creuse est un paradis pour elles deux. Sa nourrice l’enveloppe de sa tendresse, de sa protection, l’habille, coiffe ses belles boucles tous les jours, lui communique peu à  peu sa joie de vivre, sa  sagesse, très tôt.  Claire apprend à lire à deux ans.

Et puis, un dimanche d’été, une voiture noire s’est arrêtée, une femme très élégante est venue la chercher, sans rien lui expliquer. Claire a seulement vu le désespoir de Yaya, et elle s’est fait la promesse qu’un jour, elles se retrouveront. Sa mère coupe les boucles  :  c’est un de ses premiers gestes.

Cela a mis du temps.  Claire a fait la connaissance de  sa famille  rue de Courcelles, dans un hôtel particulier très chic à Paris,  de ses deux soeurs, de son petit frère, de ses grand-mères  insolites, d’une nouvelle façon de vivre,  stricte, mais pas dénuée d’affection non plus.

 »  La mémoire des sentiments obscurcit celle de la pensée. Tout le monde faisait semblant de ne pas entendre, et en moi s’installait un silence que je ne connaissais pas.  Comme si j’étais dépossédée d’un secret que j’ignorais mais dont j’avais hérité et qui se modifiait tout le temps.  Ma mère  … avait inauguré un cycle d’efforts consciencieux pour me témoigner une forme d’affection.  Celle-ci m’apparaissait comme le signe de son impuissance ultime à mon endroit. Quand elle n’était pas chez sa mère, elle se reposait  souvent porte ouverte sur le couloir, dans sa chambre  à coucher aux murs tapissés de taffetas bleu, assorti aux jetés des lits jumeaux  ….

  A l’heure où il fallait se tenir très tranquille  … je sautais à cloche-pied sans bruit sur les carreaux d’une marelle imaginaire dans le couloir.

C’était ma  façon d’attendre, de grandir en silence sans que personne ne le sache …  Elle me disait :   – Sais-tu que je t’aime. Viens m’embrasser « .

On devine le secret, la raison de   » l’exil  » de l’enfant, mais la narratrice reste élégamment discrète, et se tient au bord de la révélation, du mystère peut-être extraordinaire de sa  naissance. On n’ose y croire, et d’ailleurs l’essentiel  du récit, c’est la fidélité tout au long de deux vies,  la force  de l’amour  entre Yaya et sa Claire, la fille et la mère de coeur. Claire ne connait pas le nom de Yaya, ni celui de la petite commune où se trouvait la maison, mais  ses recherches aboutissent  et un jour, elle téléphone à Yaya, qui lui dit simplement :  Claire.

Claire Gallois – Et si tu n’existais pas  – Roman – Editions Stock –  144 pages – 16,50 Euros 

 

img_0001

( Tous droits réservés, etc – copyright )

 

 

 

 

10 réflexions sur “Claire Gallois – Et si tu n’existais pas – Roman – Editions Stock

  1. J’ai eu le plaisir de rencontrer l’auteur ce matin, dans une librairie de Rennes – et je recommande encore davantage son roman !
    Elle nous a dit que non, Yaya ne savait pas que la mère de Claire allait surgir pour reprendre sa fille … on imagine le choc terrible qu’elle dut ressentir …
    Claire Gallois a une vision extrêmement positive de la vie.
    Et, par ailleurs, elle prépare un livre sur la police …
    France – 11 mars 2017

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s