On les appelle des  » faits-divers  » mais ce sont des drames – et il y en a dont on doit se souvenir, pour les victimes et leurs souffrances … j’ajoute d’autres nouvelles

img_0006

Je ne parviens pas à oublier cette dame dont on ne connait pas le nom, qui est arrivée  à l’âge de 89 ans, pour mourir seule chez elle,   » dans le plus complet dénuement « , maigre …   à un point …  ce qui se voyait tout de même.

Mais les voisins ? Cela se fait, de prendre des  nouvelles, de porter une part de gâteau, des  biscuits, en disant   » j’en ai fait un peu trop  « , etc… on trouve toujours.

Ailleurs,  dans la presse de  Toulouse,  on dit que c’était un assez bel appartement. Que penser ? que la dame a choisi de se laisser mourir  ? ou bien qu’elle n’avait plus de forces, et ne voulait rien demander.

Ni chauffage, ni électricité, peut-être pas de téléphone  ?

Quelles ont été son enfance, sa  vie ?

img_0003

Il y a tant d’autres enfants, martyrisés, abandonnés, alors qu’en principe, la société a tout ce qu’il faut pour intervenir.  C’est même un devoir.

Et les voisins entendent, sans rien faire !!!

 

img_0005

On peut encore aider ! Il y a sûrement des subventions qui sont moins bien utilisées    : la leur a été supprimée   !  Voir les contacts à la fin de l’article.

 

img_0001

 

On se souvient du maréchal des logis Fabien Jacq, mort pour la France et nous tous en espérant la Paix, à 28  ans, loin de sa famille.

Nathalie Roma s’engage en  tant que réserviste, mère de deux enfants, 50 ans, alors qu’il y a tout de même des risques.

Merci OF -Le Parisien  –  tous leurs droits réservés, copyright

 

23 réflexions sur “On les appelle des  » faits-divers  » mais ce sont des drames – et il y en a dont on doit se souvenir, pour les victimes et leurs souffrances … j’ajoute d’autres nouvelles

    • Pas tant que cela, mais tout dépend où ! Pourtant il y a des associations, des  » défense des enfants  » – je ne leur donne plus rien car elles se contentent d’être aux procès ! après !
      J’interviens, comme je peux, et j’ai protesté quand un grand bonhomme devant moi a giflé fort son petit garçon : c’était dans la petite file d’attente d’une caisse de supermarché et l’enfant avait pris une petite boite dans un présentoir ! L’enfant était tout menu. Le pire est que les mères de famille de la file m’ont donné tort car « c’est le père et il peut faire ce qu’il veut. » Discussion animée. J’ai dit au petit garçon de prendre des forces et de lui rendre sa gifle plus tard. Il avait des yeux, l’enfant …

  1. Tout le monde n’a pas la force, et quelquefois, il y a l’usure ou le coup de désespoir.
    Une amie proche et pourtant entourée a vécu des moments pareils.
    Mon père était donc avocat – bon et loyal envers ses clients, et je suis témoin. Il savait leur dire les paroles de réconfort. Il disait : – moi, mes clients, pas un suicide ! les clients des confrères, on les retrouve quelquefois dans le bassin, jamais un des miens !
    Il leur disait : – on vous fait bien assez de mal comme ça, ne vous en faites pas à vous-même en plus, allez voir un médecin, et vous n’aurez peut-être plus besoin de moi.
    Il lui arrivait de ne pas prendre d’honoraires … disant – pour moi, ça a été facile….
    Ils ne sont pas tous comme lui …

  2. L’indifférence, la chanson de Gilbert Bécaud, presque en tête, de ce que l’on appelait le  » hit parade « ….autrefois !
    Bien triste tout cela….
    Bonne soirée.. Bises amitié

    • Bonsoir chère wzeig – je pensais aussi à ce beau texte  » l’indifférence  » – on n’entend pas assez Gilbert Bécaud, à mon avis – il était sensible pour avoir écrit cela -merci à toi, bonne soirée aussi – avec mes bises et amitiés – france 🙂

      • ce sont tout le temps les mêmes qu’on entend. On le saura que Dalida voulait mourir sur scène… mais sa disparition fut un choc tout de même. Je continue les potins : Julien Clerc, proche de Gilbert Bécaud, dit qu’il s’aidait au whisky sur scène, de chaque côté des coulisses,et fumait énormément !Bises

  3. Triste constat dans une société où même un sourire semble difficile à donner, sourire qui donne du bonheur pendant quelques instants précieux. …. Comment ne pas être désespérée en lisant ces lignes dans les journaux . heureusement, il reste encore des humains dignes de ce nom, humain, humanitaire , humanité …. merci France

    • Bonsoir chère flâneuse bretonne – comme tu as raison, un sourire, des mots gentils échangés – Ici, on se parle en attendant le bus, pas tout le monde, pas tout le temps, mais ce sont des échanges humains, et on apprend des choses !
      Quelquefois, on n’ose pas … et c’est dommage – bises, et merci à toi avec mes amitiés pour une belle soirée – france 🙂

  4. Bonjour chère France, toutes ces tristes nouvelles sont quotidiennes et on ne sait pas tout. Toucher un enfant est pour moi insupportable. Prendre des nouvelles d’un voisin ou d’une voisine est facile, il suffit de se renseigner.
    Merci pour tous ces articles qui malheureusement sont bien tristes.
    Je te souhaite une belle journée avec mes amitiés et mes bisous ♥

    • Bonjour chère Denise, tu as raison- pendant ma jeunesse en Champagne, tout notre Boulevard Victor Hugo de la petite ville se connaissait ! Il y avait de la chaleur humaine et c’était tellement naturel… Il y a des familles dites recomposées où la mère ne se rend pas compte qu’un enfant est  » mal vu  » par son nouveau compagnon, évidemment, tout peut se passer très bien, mais dans les récentes affreuses histoires d’enfants martyrisés, c’était cette situation. C’est horrible pour le père qui ne voit plus son enfant. Nous avons eu une douce journée, avec du soleil. On est bien dehors … le printemps arrive ! Je te souhaite une bonne soirée et de belles promenades – bises et amitiés 🙂

    • La dame toute seule, pourquoi ? on ne saura jamais. Peut-être avait-elle choisi de ne pas vouloir aller à l’hôpital, de rester chez elle, sans avoir la force de faire des démarches, de sortir pour le minimum.
      On ne connait pas son prénom, rien… Ca rappelle les milliers de morts de la sécheresse en 2003 – et c’est bien triste.
      Oui, respect – comme tu as raison. Bises bretonnes – france 🙂

  5. Pauvre petit martyre, j’espère au moins qu’il aura été un peu heureux en Côte D’ivoire!
    Quant à la dame, elle avait peut-être des troubles cognitifs …on ne sait pas.

    Dans les deux cas ce sont des drames de l’indifférence, de la solitude, peut-être de la pauvreté. D’où l’intérêt des fêtes des voisins, voisins vigilants etc….mais on ne peut pas grand chose pour ceux qui refusent les mains tendues.
    Beaucoup de gens en ce moment ont déjà du mal pour eux mêmes, ils sont « la tête dans le guidon » alors …le voisin!…et les drames continuent !

    Amitiés France et bravo pour ce blog !

    • C’est très gentil ! merci – ce qui est inquiétant, c’est le nombre d’enfants martyrisés et personne ne veut voir ou ne voit rien.
      C’est sûr qu’une vie sociale préserve, mais il faut avoir l’envie, et un minimum de bonne santé.
      Et vous avez raison aussi, bien des personnes connaissent le chômage, les difficultés dans le travail, et les temps sont durs. C’est quelquefois une question de survie.
      amitiés – je continue la lecture de votre courrier 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s