Aujourd’hui, 21 janvier, le Roi Louis XVI, montait à l’échafaud avec courage et dignité. Cet assassinat – cette absurdité -eut lieu en 1793…  » Remember « , Souvenons-nous…

Je me suis imposée de lire, une fois de plus   avec douleur,  avec colère,  le récit du martyre du Roi, de la famille royale.

Cette année, j’ai choisi, avec réticence d’abord, puis  tout à fait émue, le livre de  Sylvie Yvert    » Mousseline la Sérieuse   »  ( Editions Héloïse d’Ormesson ).  Elle imagine que Madame Royale, fille de  la Reine Marie-Antoinette et de Louis XVI, seule survivante de la famille, prisonnière au Temple  pendant trois ans, raconte sa vie. Madame Royale, ou   » Mousseline la sérieuse  » comme l’appelait sa mère, Marie-Thérèse Charlotte de France,  ou duchesse d’Angoulême,   s’exprime donc à la première personne.

Or, la fille de Marie-Antoinette n’a pas rédigé de Journal.  Sylvie Yvert s’explique sur la composition de son ouvrage, oeuvre délicate s’il en est : 

 »  La duchesse d’Angoulême n’a  pas laissé de souvenirs hormis un sobre feuillet de dix-huit feuillets qu’elle a rédigés en prison à l’âge de seize ans. Purement factuel, il relate la captivité de la famille royale au Temple  ( 1792-1795 ).  Peu après son mariage, Louis XVIII  le corrige et l’augmente. Son récit commence cette fois au 6 octobre 1789. Cette seconde version   ne parait qu’après sa mort « .

L’auteur explique qu’elle s’est inspirée également de ses correspondances,  des témoignages de contemporains, biographies, etc.

La jeune fille relate les derniers moments de son père. Elle  écrit  tout d’abord qu’avant l’annonce officielle, les prisonniers du Temple la connaissaient déjà, par les colporteurs criant au pied de la Tour.

 »  Alors qu’il recevait son confesseur, l’abbé Edgeworth de Firmont,  mon père lui demanda de se retirer, car il avait obtenu, non  sans difficulté, le droit  de nous voir seuls une dernière fois. A sept heures du soir enfin, nous fûmes autorisés à le rejoindre pour une ultime visite …   …  Mon frère, qui allait devenir roi, se tenait entre les jambes de notre père, assis,  tandis que  nous étions penchées  vers lui,  en le serrant dans nos bras. Si les Français avaient vu ce touchant tableau, jamais ils n’eussent accepté le sort qu’on lui réservait. Mon père pleura de notre douleur et non de sa condamnation à mort … Lui demeurait calme comme s’il était déjà parti … 

  … Avant de nous séparer à jamais, il prouva une dernière fois sa bonté en nous faisant promettre de ne jamais penser à venger sa mort. Miséricordieux, il avait déjà pardonné  à ceux qui le faisaient mourir, mais il  désirait provoquer une impression plus forte encore dans le coeur de son jeune héritier.  Il le hissa alors sur ses genoux et lui déclara solennellement :    »  Mon fils, vous avez entendu ce que je viens de dire, mais comme le serment est encore plus sacré que les paroles,  jurez, en levant la main,  que vous accomplirez la dernière volonté de votre père « . Mon frère  fondit de nouveau en larmes … … Il avait neigé durant la nuit; un drap blanc semblait façonner le linceul de la monarchie.  A l’aube brumeuse de ce fatal 21 janvier 1793,  nous entendîmes une grande agitation.  Des pas résonnaient. A six heures, on vint brutalement s’emparer du missel de ma tante pour  la dernière messe du condamné.  Puis les battants se refermèrent lourdement. Le roi mon père, qui venait de  lire une dernière fois le récit de la décapitation de Charles 1er, n’avait plus que quelques heures à vivre.  Il venait d’ôter ses hardes, sa montre et son anneau de mariage, chargeant Cléry de les remettre à ma mère, en précisant qu’il s’en séparait avec peine, en même temps que la vie …  

…Un roi tué se métamorphose en victime expiatoire. Charles 1er s’est  réincarné dans les siens. Avant d’être décapité, il  avait crié :  » Remember !   » .Et les Anglais se sont souvenus  …

… Au pied de son calvaire, cet échafaud aux marches raides  qu’il s’apprêtait à gravir d’un pas assuré, son sang-froid ne se démentit pas …  S’adressant aux Français qu’il avait tant aimés, il s’écria :   –    » Peuple, je meurs innocent de tous  les crimes  qu’on m’impute  ! Je pardonne à ceux qui sont coupables de ma mort et je prie Dieu que le sang que vous allez répandre ne retombe jamais sur la France …  » Santerre fit sur-le-champ battre le tambour pour étouffer ses paroles.  »

L’Abbé Edgeworth de Firmont lui délivra son dernier message :   » Allez, montez au ciel, fils de Saint-Louis « .

Notre monarchie n’est pas morte. La Reine salua le dauphin,  Louis XVII.  Il y eut Louis XVIII.  Et la duchesse d’Angoulême, Madame Royale, devint par son mariage, l’épouse de Louis XIX, au règne si bref.

Chateaubriand, dans ses Mémoires d’Outre-Tombe, a les mots comme toujours avec lui inspirés par Dieu :

 » Lorsque je jette les yeux en arrière, je n’aperçois qu’une femme qui pleure. Et quelle femme !  Marie-Thérèse domine toutes les ruines. Elle ensevelit sa douleur dans le sein de Dieu, afin que cette douleur soit éternelle.  J’ai dit que cette douleur était une des grandeurs de la France : me suis-je trompé ? « 

img_0002

img_0001

 

Tous droits réservés, copyright

 

 

 

8 réflexions sur “Aujourd’hui, 21 janvier, le Roi Louis XVI, montait à l’échafaud avec courage et dignité. Cet assassinat – cette absurdité -eut lieu en 1793…  » Remember « , Souvenons-nous…

    • Un innocent sacrifié – oui, la cruauté humaine – Sa fille parle aussi de l’éducation simple que lui ont donnée ses parents. Ce n’étaient pas des  » enfants gâtés « .Bonne soirée, Hervé, amitiés – france

  1. A l’école, on nous a parlé de la revolution ,peu du roi . La reine cut dépeinte comme volage ,le roi plutôt benêt .
    J’imaginais un petit grod pas méchant ,pas degourdi que sa femme envoyait ,au lit pour être tranquille .
    Et puis le declic s’est fait en 1993 ,j’appris que le roi etait grand de taille ,à partir de ce moment , j’ai voulu en savoir plus .Ma mère m’a offert un magnifique livre sur la reine .
    Il a fallu du temps pour rejeter les idées toutes préparées que j’avais reçues et me faire mon opinion .
    C’est tout un peuple ,nous , qui a été trompé et hélas qui continue de l’être.
    Chaque mois de janvier ,à cette période je pense à la famille royale et à ce dirigent qui ,lui,aimait son peuple .

    • Bonjour chère jeanne ! La désinformation que j’ai connue aussi, comme tous les élèves ! Le cliché de la  » reine légère  » – non, elle a élevé parfaitement ses enfants, d’une façon altruiste, avec le sens du devoir. Sinon, comment la jeune Madame Royale aurait-elle résisté à toutes ces épreuves, aux assassinats de sa famille, au martyre de son frère …
      Pour la Reine, une grande exposition lui a rendu hommage et justice au Grand Palais, Paris, 2004. Elle ne  » dilapidait  » pas, mais avait un style, et a fait travailler artisans et artistes. Dans le même temps, la Bibliothèque nationale de France a diffusé sa bibliographie  » Le Style Marie-Antoinette  » ce qui serait plus exact que le  » style Louis XVI !
      Le Roi, la Reine étaient de grande taille, avec de la prestance … et il ne passait pas son temps à fabriquer des serrures, ce qu’on raconte dans les livres scolaires ! C’est un bon roi, qui avait le souci de ses sujets … mais comment résister à une violence pareille … on voit ce que c’est.
      Je me méfiais un peu de ces  » mémoires apocryphes  » mais le récit est fort intéressant, bien écrit, bien documenté. Il restitue à mon avis  » l’ambiance « .
      Pour moi, née à Fougères, en pays chouan avec des ascendants  » listés chouans  » !!! j’ai vécu dans une ambiance où mes parents en parlaient, c’est l’histoire de la famille, donc très naturelle. Des deux côtés, on porte des noms de rois et reines … ma grand-mère maternelle a pour prénoms  » Reine – Clotilde  » …
      J’avais donc d’un côté l’Histoire enseignée en classe … pas de problème – et à la maison, on évoquait le marquis de la Rouërie, chef des armées catholiques et royales, né à Fougères, qui voulait avec d’autres remettre le Roi sur son trône. Mais ils ont été dénoncés par le trésorier, Cheftel, un nom de Saint-Malo … et tous envoyés à la guillotine! Papa me parlait de  » Du Boisguy – qui ne fut jamais pris ! », de Jean Chouan, de la Légende des Siècles de Victor Hugo, qui dit  » les Chouans, héros de l’ombre « , et de Quatre-vingt-treize. Vive Hugo ! Par contre, Balzac, trop jeune, n’a rien compris aux chouans, mais a très bien décrit la forêt.

      Mais à propos de Madame Royale, c’est un aristocrate allemand,  » vétéran  » invité aux commémorations du Débarquement, royaliste,toujours amoureux de la Reine Marie-Antoinette,dont il a des portraits, francophile et francophone, qui m’a appris qu’en Allemagne, les historiens pensent que lors de sa  » libération  » du Temple, avec échange contre des prisonniers (la fille du Roi contre des révolutionnaires ! ) la jeune Madame Royale avait été remplacée par une autre femme. Il y aurait eu substitution. Elle serait devenue la  » Comtesse des Ténèbres « , recluse par sa volonté dans un château en Allemagne ! Ce qui se comprend, car elle voulait éviter de revenir en France.
      Mais les historiens français n’y croient pas. Madame Royale est devenue par son mariage duchesse d’Angoulême … pourtant, elle avait changé à tous points de vue! Par exemple, elle n’aimait plus les animaux. Les Goncourt qui l’ont rencontrée à son retour, sont surpris et déçus.

      Le dernier rebondissement est qu’on a fini par faire une analyse ADN de la Comtesse des Ténèbres, qui repose donc en Allemagne, et elle ne serait pas Madame Royale.
      Pourtant …
      Le livre de Sylvie Yvert anticipe en quelque sorte, et décrit une évolution de Madame Royale …
      Il est loyal vis à vis de la famille royale – et vraiment je le recommande.
      Amitiés – bon dimanche ! france

  2. Merci chère France pour la présentation de ce beau livre et toutes tes explications très intéressantes. Il est bon de se replonger dans l’histoire. A l’école, nous n’avions pas beaucoup de cours d’histoire sur la France.
    Douce fin de journée France avec toute mon amitié et mes bisous ♥

    • Bonsoir chère Denise – Sur la Suisse, j’ai appris – un peu – pendant mes séjours dans ton pays que j’aime – et c’est passionnant.
      Merci à toi ! Bises pour une bonne soirée tranquille – nous avons temps frais et soleil et les promeneurs sont de sortie. – amitiés – france 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s