Hannah Rothschild – L’improbabilité de l’amour – Roman traduit de l’anglais – Editions Belfond

img

 

Un bon gros roman de plus de 700 pages, évoluant en thriller,  qui tient chaud dans les frimas,  un cadeau somptueux et spectaculaire pour toutes occasions  !

Suivez les aventures d’un tableau – de Watteau -, d’une jeune femme en quête d’un amour sincère, exprimant sa passion pour le beau à travers la cuisine qu’elle élabore avec art,  pénétrez dans un monde  où tout n’est pas qu’amour désintéressé de la peinture …

L’auteur est un excellent guide. Hannah Rothschild  préside  le conseil d’administration de la National Gallery de Londres,  est aussi  chroniqueuse dans divers magazines, réalisatrice de documentaires, et une excellente observatrice du milieu qu’elle connait parfaitement. Roman à clefs ? Peut-être !

Le prologue décrit avec humour le déroulement d’une vente aux enchères  par une grande maison de Londres, Monachorum and sons, à l’occasion de la mise en vente du tableau exceptionnel  de Watteau,  » L’improbabilité de l’amour « , qui donne donc son titre au livre. Les invités, riches, célèbres, excentriques,  arrivent comme sur une scène de théâtre, et sont accueillis par des  assistantes et assistants spécialement affectés à leur confort.

Extrait :

 » Imperturbablement, Marina et son équipe de télévision encerclèrent le comte Beachendon.

– Lord Beachendon, êtes-vous surpris par l’attention dont bénéficie ce tableau  ?

L’improbabilité de l’amour est l’oeuvre d’art la plus exceptionnelle que Monachorum ait jamais eu le plaisir de mettre en vente. 

– De nombreux experts s’accordent à penser qu’il ne s’agit que d’une esquisse  et que sa valeur estimée est sans commune mesure avec son importance.

– Laissez-moi vous répondre par une autre question : comment évalue-t-on une oeuvre d’art ?  Cela n’a rien à voir avec la peinture utilisée, la toile, ou même le cadre. Non, la valeur d’une oeuvre  est déterminée par le désir. Tout dépend de qui veut la posséder, et à quel point.

– Vous croyez vraiment que ce petit tableau peur valoir des dizaines  de millions de livres ?

–  Des centaines de millions ».

Dans le premier chapitre, seulement six mois plus tôt, une jeune femme, Annie, cherche un cadeau pour l’anniversaire d’ un homme qu’elle a rencontré au cours d’une conférence sur l’art. Elle a pensé qu’elle pouvait lui faire confiance. Elle a peu d’argent, et entre dans la boutique d’un brocanteur où elle voit un tableau posé contre le mur derrière un ficus. Le tableau serait un lien entre eux, et elle parvient à le marchander à un petit prix.

Enfin ! dit le tableau qui s’exprime, et c’est une originalité – excellente – du livre :

 »  Je savais que quelqu’un viendrait à mon secours, mais je ne pensais pas que cela prendrait si longtemps … parce que  ma valeur est inestimable et que je suis l’oeuvre fondatrice de tout un mouvement artistique. Et si cela ne suffisait pas, on voit en moi la représentation la plus belle, la plus émouvante et la plus excitante qui soit de l’amour.

Un profond sentiment de joie, d’optimisme et de gaieté a présidé à ma création, mais ma composition masque une âme tourmentée  et  dévorée par le mystérieux poison du désespoir. Malheureusement, j’exerce malgré moi un pouvoir imprévisible sur les hommes et sur les femmes. Tantôt je suis pour eux une source inépuisable  d’inspiration et de soutien, tantôt  l’inverse. Je suis à la fois la conséquence et la source de tragédies  …

… Je me sentais de plus en plus seul dans la boutique de Bernoff. Il est prétentieux de supposer que les humains ont le monopole  de la communication. Nous autres tableaux discutons aussi avec nos semblables. Mais essayez d’entretenir une relation avec  un moule à gâteau ou un mug  …  Ma langue natale est le français d’avant la Révolution, mais  j’ai séjourné en  Espagne, en Angleterre, en Russie,  en Scandinavie,  en Allemagne, en Italie et même  en Amérique  …

…  Mais tout de même, un chef-d’oeuvre  puise un certain sang-froid  dans sa conviction que l’excellence triomphera. Après tout, que sont quelques décennies  lorsqu’il nus reste  des siècles pour inspirer, plaire et séduire ? « 

C’est sur  ce rythme, avec ce style vif, élégant et précis, que se poursuivent les aventures du chef-d’oeuvre. Car l’anniversaire ne se passe pas comme Annie le souhaitait. Le tableau observe Annie préparer avec dextérité un délicieux repas, allumer les bougies, et répondre au téléphone. Elle s’effondre alors  et pleure pendant des heures puis sombre dans le sommeil. Au réveil, elle décide de faire face à la rupture qui en suivait une autre …  Tout va vite, car elle doit aller récupérer sa mère aimante mais alcoolique au commissariat, et chemin faisant, elle voit que la boutique du brocanteur a été totalement détruite par un incendie.

Parallèlement, Rebecca  Winkleman,épouse d’un producteur de cinéma, fille  du marchand d’art Memling  Winkleman,  avec qui elle travaille dans la galerie du même nom,  veut offrir selon son habitude un repas somptueux et raffiné  à d’éventuels clients, mais son  chef cuisinier vient d’être victime d’une crise cardiaque. On lui recommande Annie, dont on connait les talents culinaires, et effectivement la jeune fille montre une créativité  exceptionnelle …

C’est ainsi que se croisent les destins d’ Annie et de Rebecca, autour d’un tableau qui va les amener à faire d’étonnantes découvertes sur elles-mêmes, sur  leurs familles, dans les grands tourments de l’Histoire.

Le tableau a-t-il été volé ? Memling,  père de Rebecca, a-t-il fait partie de ces détrousseurs dénués d’humanité et de scrupules qui ont sévi  au cours de la Seconde guerre mondiale ? Pourquoi l’innocente Annie se retrouve-t-elle en prison ? Mais heureusement sa mère et un nouvel amour  vont voler à son secours !

Et le tableau, sorti de son silence,  ne cesse de commenter !

img_0003

( Jean-Antoine Watteau – L’embarquement pour Cythère – détail – 1717 –  et en couverture : Les comédiens italiens – détail )

img_0001

 

 

Hannah Rothschild – L’improbabilité de l’amour – Roman traduit de l’anglais par  Valérie Bourgeois – Editions Belfond – 720 pages – 23 euros

img_0004

 

( Tous droits réservés, etc – copyright )

 

11 réflexions sur “Hannah Rothschild – L’improbabilité de l’amour – Roman traduit de l’anglais – Editions Belfond

    • Bonsoir chère wzeig, il est original et effectivement captivant, car il porte sur de multiples thèmes, y compris les tableaux volés par spoliation des personnes juives… mais il y a aussi une jolie histoire d’amour. Merci à toi ! Bonne suite de week-end, bises et amitiés – france 🙂

  1. Ca parait interessant, mais 700 pages : non merci, je ne peux que m’ennuyer à un moment où un autre et le laisser définitivement tomber…
    J’aime les nouvelles. Plein de nouvelles dans un même recueil ! (tu aurais cela en magasin ?)-
    Tu as effacé ton dernier article ???

    • Il peut se lire en plusieurs fois, comme des séquences, et à chaque fois, l’intérêt se déplace sous des angles différents, et retient l’attention, donc j’ai bien aimé. Il fait partie des bons livres, jamais trop longs, à mon avis ! 🙂
      Pas de nouvelles sous la main, en ce moment ! Mais je crois qu’un auteur dont j’ai déjà parlé vient d’en publier.
      Non, non, mon dernier article sur Bill Bryson et la Grande-Bretagne n’a pas disparu !
       » Des cornflakes dans le porridge « , est-ce celui dont tu parles ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s