Stella Gibbons – La ferme de cousine Judith – roman d’humour traduit de l’anglais – Editions Belfond Vintage

 

IMG

Les dames du Prix Femina en 1934 ont eu  la main heureuse en décernant leur prix Femina Etranger à Stella Gibbons pour son roman alors intitulé  La Ferme du Froid accueil  ( Cold Comfort Farm ). Les concurrentes déçues, Rosamund Lehmann et Elisabeth Bowen, eurent l’appui de Virginia Woolf qui manqua s’étouffer de dépit, en avalant son thé de travers, car  elle  qui avait déjà reçu ce prix ne comprit pas du tout qu’il puisse couronner un roman satirique très drôle.

Il lança son auteur, poète, journaliste, écrivain, et obtint un grand succès, relayé par une suite, et des oeuvres de toutes sortes. Le voici réédité dans  sa fraîcheur subversive, avec un titre différent  – tandis que d’autres romans de Stella Gibbons sont  proposés aux Editions Héloïse d’Ormesson.

Le lecteur doit effectuer un petit effort d’adaptation pour en goûter  la saveur,  car l’humour est décapant, quelquefois déstabilisant, ironique. Stella Gibbons a réussi sa satire des romans campagnards  misérabilistes façon   » La Renarde  » de Mary Webb, et autres célébrités intouchables alors.

Elle transporte sa jeune, jolie, intelligente et  sympathique  héroïne, Flora Poste, de son milieu londonien mondain et snob jusqu’à la ferme de ses cousins, au nord de l’Angleterre, de plus, en pleine mauvaise saison. Flora, devenue subitement orpheline, vivait  provisoirement chez une chère et élégante amie et se rendait  avec elle et ses flirts dans tous les endroits chics, mais elle savait que sa situation était provisoire. Elle chercha  alors  un toit et elle écrivit à divers membres de sa famille pour leur demander un hébergement. Façon Jane Eyre,  mais les deux héroïnes  ont très peu de points communs !

La seule à lui répondre favorablement avec une invitation concrète est sa tante  Judith – et il ne lui reste plus qu’à se rendre jusqu’à cette ferme et à faire connaissance de ses nombreux cousins.  On vient la chercher à la gare dans un ancien boghei – à travers une campagne humide, jusqu’à la ferme très peu hospitalière. Elle a sa chambre, sale, comme tout le reste. Mais elle agit comme Scarlett, avec énergie et sens de l’organisation.

Après un premier repérage, elle parvient à faire nettoyer les rideaux rouges de sa chambre, elle  pousse quelques restes sur la table commune de la cuisine pour un thé convenable. La cuisine est  préparée dans l’âtre, grâce à un chaudron – et évidemment, l’électricité n’est pas parvenue jusque là. Il y a beaucoup à faire.  Les cousins sont plus que pittoresques, excentriques, Tante Judith incarne la mélancolie, et dans une pièce là-haut, vit la douairière, qui ne sort qu’ une fois l’an pour  vérifier que tout son monde est présent dans sa maison. C’est qu’il existe un terrible secret …

Le taureau de la ferme, toujours enfermé dans son box, mugit d’énervement. Flora ouvre ses portes  et il devient très gentil dans son pré…

C’est Adam qui s’occupe des vaches :

 » Les bêtes se tenaient tristement, la tête baissée  sur l’auge de leur stalle.  Disgracieuse, Insoucieuse et Dédaigneuse  attendaient leur tour d’être traites. De temps en temps, avec un bruit  râpeux et aigu  comme celui d’une  lime passée dans la soie, Dédaigneuse  promenait maladroitement sa langue rêche  sur le flanc osseux de Paresseuse,  toujours humide de la pluie tombée cette nuit  à travers le toit; ou bien Insoucieuse  levait ses larges yeux inexpressifs  vers le râtelier au-dessus de sa tête, d’où elle arrachait une bouchée de toiles d’araignée. Une lueur faible, humide et trouble, analogue à celle qui brille sous les paupières d’un homme fiévreux, baignait l’étable « .

En deux jours, Flora conçoit un plan pour chacun de ses cousins et neveux, qu’elle commence à mettre à exécution, avec grande persévérance.   Elle s’intéresse beaucoup à la ravissante jeune fille de la maison, qui parcourt la lande … et entreprend d’organiser son mariage avec le jeune châtelain voisin qu’Ellfine  aime  ( et réciproquement ). Flora discerne les points faibles de chacun, éloigne le prédicateur terrible  jusqu’aux Etats-Unis, transforme un autre, passionné de cinéma  … en acteur … ainsi de suite,  jusqu’au final, éblouissant !

Et elle-même ? Elle a évité au village l’ennuyeux Mr Mybug, et elle a trouvé l’âme soeur. Tout est bien qui finit bien.

Un roman à redécouvrir, car il dépayse à tous points de vue et rend l’humeur joyeuse.

IMG_0001

Stella Gibbons – La ferme de cousine Judith – Roman traduit de l’anglais par Iris Catella et Marie-Thérèse Baudron – Editions Belfond Vintage – 351 pages – 15 Euros

IMG_0002

IMG_0003

 

( Tous droits réservés, etc – copyright )

 

4 réflexions sur “Stella Gibbons – La ferme de cousine Judith – roman d’humour traduit de l’anglais – Editions Belfond Vintage

  1. Bonsoir chère France, j’aime les histoires qui finissent bien… 🙂 et depuis quelques jours, j’oublie toujours de te remercier pour déposer tes articles en plus gros caractères. J’apprécie beaucoup et c’est agréable.
    Que ta soirée soit douce malgré le temps orageux.
    Bisous ♥

    • Bonsoir dear Denise – cela finit bien, effectivement, et pourtant, au départ, on se demande ce qu’elle va devenir au milieu de ces personnes un peu effrayantes !
      wp avait modifié les formats et l’impression des  » images  » – de mon côté, je ne m’en apercevais pas – mais vous avez été plusieurs à me le signaler … je dois dire que j’ai cherché un peu … et j’espère que cela va se maintenir 🙂
      On dirait qu’il fait au moins 150 % d’humidité, comme sous les tropiques, car il fait chaud – un peu …
      Merci à toi, et bises de bonne soirée avec mes amitiés – france

    • oui, il y a d’excellentes rééditions – et cela donne envie de découvrir d’autres titres.
      Cette auteur a un joli visage fin et intelligent. J’aime mieux rire avec elle que de m’attrister avec ..;Virginia Woolf, malgré son génie. Bises bretonnes 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s