Patrick Lapeyre – La Splendeur dans l’herbe – Roman – P.O.L. Editions

IMG_0010

Des vers de William Wordsworth en exergue :

IMG_0011

 » La Splendeur dans l’herbe  » est aussi le  titre américain du film étrangement traduit par   » La Fureur de vivre « .

Si c’était  un film, ce roman ferait penser à un  » conte   » d’Eric Rohmer,  façon  » Ma nuit chez Maud « , en fausse douceur, en attente, dans l’élégance des jeux de séduction entre personnes de bonne éducation.

On peut dire que l’auteur prend son temps, comme ses personnages   …  et cette lenteur  – ou nonchalance – est communicative !  J’avais commencé le roman, qui m’intéressait car j’avais lu de fort bonnes analyses … et puis, sans m’en apercevoir, je l’ai laissé sur une pile, en commençant un autre, qui m’a totalement happée.

Puis, un soir :   – tiens, te voilà, toi  ! – ai-je ainsi interpellé cette sobre couverture blanche. Et j’ai repris la lecture.  Les deux personnages,  Elle et Lui, m’avaient sagement attendus, bavardant languissamment dans la douceur du soir sur la terrasse de la maison  de  Sybil  ( Elle ).

C’est  à la porte de cette maison située au coeur d’ une jolie campagne des environs de Paris qu’Homer ( Lui ) a frappé un jour. Ils ont fait connaissance parce que Sybil a trouvé son nom dans les papiers de son mari, Giovanni, qui l’a quittée pour vivre avec Emmanuelle, épouse de Homer.

Ils ont donc un sujet de conversation : que deviennent leurs  » ex « , Giovanni et Emmanuelle,  vivant à Chypre ( d’autant que Giovanni refuse le divorce et puise dans le compte commun ).

 »  Homer, qui possédait entre autres facultés celle  d’apparaître quand on ne l’attendait plus,  se présenta à cinq heures  devant le portail du jardin, avec son parapluie,  sa cravate au vent et ses chaussures boueuses. Comme il était affreusement en retard,  la femme avec laquelle il avait rendez-vous était déjà sortie plusieurs fois sur le perron et l’observait à présent, l’air décontenancé.

Tandis qu’il faisait de grands gestes au bas des marches à cause de son parapluie récalcitrant – qu’il  brandissait bêtement vers le ciel – ,  il crut d’ailleurs remarquer que  son mètre quatre-vingt-treize  et la maladresse de ses gestes contribuaient presque autant  à son étonnement que  son retard injustifiable … 

Rassuré  de la trouver  si accueillante ( même s’il la sentait quelque part aussi tendue qu’il l’était lui-même ), Homer la suivait en chaussettes  à l’intérieur d’une grande pièce, haute de plafond, dont l’un des murs  était percé d’une baie, côté jardin « …

L’attirance réciproque est réelle, et timide.  Ou bien veulent-ils faire durer les plaisirs de cette attente ? D’une rencontre à une autre, ils se découvrent, s’apprivoisent, promenades, piscine, doux après-midi dans le jardin où Homer  prend ses habitudes.

Elle le reconduit à son train, et c’est elle qui un jour pose un baiser  …

Le couple qui semblait du côté des abandonnés, des délaissés, fait tourner la roue de la vie du côté de leur nouvelle chance  …  on ne sait pas si la maison qui joue son rôle protecteur des amours débutantes pourra être conservée, ou s’ils vont partir ensemble dans une  existence toute neuve. Que dirait le chat Maurice ?

Une écriture alanguie, qui charme,  tellement raffinée  qu’elle peut toucher à la préciosité :

 »  Quelques kilomètres plus loin, ils se retrouvèrent  en pleine campagne, émus par les animaux,  les cultures, le silence et l’émeute des fleurs derrière les haies « …

Les personnages restent extérieurs :  comment se passionner, faire montre d’empathie,  puisqu’eux-mêmes sont si  lents à émouvoir ? C’est toutefois une lecture à recommander pour les paresseuses après-midis  de grande chaleur …  quand on recherche une jolie détente.

L’auteur intercale des chapitres consacrés à l’enfance d’Homer et à sa mère,  Ana l’étrange.  J’ai cessé de réfléchir  à ce que cette interférence peut apporter à l’histoire de Sybil et Homer   !

Patrick Lapeyre –  La Splendeur dans l’herbe – Roman – P.O.L. Editions –  383 pages –  19, 80 Euros

IMG_0012

( Tous droits réservés, etc – copyright )

 

 

 

4 réflexions sur “Patrick Lapeyre – La Splendeur dans l’herbe – Roman – P.O.L. Editions

  1. Bonjour chère France, je ne connais pas ce livre mais j’ai lu avec intérêt le texte déposé. Merci de ce bon moment.
    Nous venons d’avoir un bon orage et forte pluie.
    Douce journée chère amie avec mes amitiés 🙂
    Bisous ♥

    • Merci chère Denise 🙂 c’est un joli livre sur les sentiments, le hasard des rencontres et des affinités.
      Nous sommes dans la brume … J’espère que les orages cesseront – ils résonnent si fort dans les régions montagneuses.
      Bises de bonne journée – amitiés – france

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s