Dominique Camus – Enquête sur l’existence des dons de naissance – Leveurs de maux, toucheurs et signeurs – Editions Ouest-France

IMG_0001

Effectivement, il s’agit d’une enquête qui semble fort complète – sur les dons de naissance qui permettent à certaines personnes d’aller vers les autres. Lire la  » quatrième de couverture  » , bien détaillée.

Attention, il ne faut pas   » déborder   » en raison de la législation très stricte sur l’exercice de la médecine ! L’auteur est extrêmement prudent, et cela se comprend.

Il évoque le   » devoir de santé   » et les différents moyens pour la maintenir ou la rétablir.  Puis il va à la rencontre des thérapeutes divers. Nous avons tous entendu parler de personnes qui font  » passer les brûlures, les entorses, les foulures, maux de ventre, verrues « …  Il y en a même qui sont ( ou seraient ? ) actives contre le venin des serpents, au point que les vipères et autres se gardent bien de les approcher !

Personnellement, quand j’avais 3-4 ans, mes  poignets se déboîtaient souvent, parait-il. On m’a dit qu’un guérisseur était intervenu, et depuis, mes poignets sont solides ( en plus, je touche du bois pour que cela dure !  ). Plus tard, en raison d’un  accident, on m’a emmenée chez un guérisseur, un jeune homme très beau qui était en prison.  Double expérience, l’entrée dans la prison, la rencontre avec le directeur qui tutoyait le détenu – ce qui m’a choquée et révoltée  !   Le jeune détenu  – politique, je précise   – a passé les mains au dessus de ma jambe douloureuse, et … sans qu’il y touche, la peau est devenue rouge. J’ai ressenti un bien-être, une amélioration. Mais le directeur n’a pas permis une autre visite.

Comment savoir si l’on a un don  ?  Cela dépend, dit l’auteur, de la façon dont  on est né  (  » né coiffé  » ! ), de la date de la naissance…  Il donne des exemples :

Ainsi le 9 février est le jour de la Sainte Apolline, patronne des dentistes. Pour les brûlures et eczémas, attendre le 28 février, fête de Saint Lazare, etc  ; ce sont  leurs martyres très  particuliers qui expliqueraient que les personnes nées  le jour où l’on fête leurs  saints patrons auraient les dons ad hoc.

Comment se passe l’échange ? Il doit être désintéressé : un – don –  se transmet : Dominique Camus insiste sur ce point. Et aussi sur  la discrétion  : pas de publicité affriolante !

Celui qui  » fait passer  » ressent une grande fatigue, tandis que celui qui  reçoit va mieux.  Souvent, parfois   ?  Magique ? Mystérieux ? Assurément.

L’auteur ne communique pas d’adresses et les   » leveurs de maux  » témoignent avec des prénoms qui ne sont pas les leurs.

Les animaux aussi peuvent être guéris.

Un  très  joli livre passionnant, par un conteur  spécialiste de la question. Il fait du bien par sa seule lecture tant il est optimiste.

L’illustration de couverture est bien adaptée !

Dominique Camus  –  Enquête sur l’existence des dons de naissance – leveurs de maux, toucheurs et signeurs – Editions Ouest-France – Relié format 14 x 20 cm – 168 pages- 13,9 Euros 

IMG_0002

( Tous droits réservés, etc – copyright )

 

 

 

2 réflexions sur “Dominique Camus – Enquête sur l’existence des dons de naissance – Leveurs de maux, toucheurs et signeurs – Editions Ouest-France

  1. Alors là, ma chère France, ton billet me parle!
    Il y a bien des années, avec le père de mes filles, nous allions en vacances dans sa famille en Italie. Ma fille cadette à l’âge de 6 ans, avait des verrues à chaque doigt des mains. Malgré les soins des médecins, aucun résultat.
    Arrivés en Italie, mon ex belle-soeur me dit… je connais un paysan qui soigne les verrues même sur ses vaches…
    Ce monsieur, nous a invité dans sa ferme mais il fallait venir pendant la pleine lune et un certain jour.
    Après le délicieux repas (je m’en souviens), il a pris les mains de ma fille et il lui a pris chaque doigt en massant sur ses verrues en silence. Puis il m’a dit, vous ne verrez pas le résultat immédiatement, mais patientez deux à trois mois…
    Comme j’avais aussi une verrue sur le pouce gauche et que je l’accrochais à chaque fois que je m’habillais, elle saignait. J’ai donc demandé à ce monsieur de faire pareil que pour ma fille sans y croire. Et un jour, toutes les deux, nous avons vu après trois mois que nous n’avions plus de verrues. Cela reste un mystère pour moi. Il nous a aussi dit que personne ne connaissait son secret, même pas son épouse.
    Merci France pour ce billet avec toute mon amitié.
    Bisous ♥

    • C’est une belle histoire – et une heureuse rencontre ! Exactement ce que dit l’auteur, car les véritables guérisseurs ont leur rites. Quelquefois même, il faut venir les voir plusieurs matins très tôt, et à jeun. Eux aussi, à jeun, c’est pourquoi c’est épuisant.
      Si en plus, vous avez eu un délicieux repas à l’italienne !
      Vraiment merci pour ton beau témoignage.
      On voudrait rencontrer beaucoup de personnes bénéfiques comme lui. Certains ont ces dons, mais ne le savent pas. Mystère !
      Bises de bonne fin de journée 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s