Myriam Thélen ( pseudonyme de Marie Nélet, Fougères, mère adoptive d’Annie Lauran, pseudonyme de Marie-Elise Ilari – Myriam Boltanski )- La Mésangère – Roman – Editions Plon-Nourrit – 1908

IMG_0004

Marie Nélet née Guérin ( 1857 – 1929 ) veuve d’un juge, était une riche bonne personne de Fougères, mais née en voisine à Désertines dans la Mayenne, où elle possédait des terres.

Elle fut féministe, et catholique,  à l’origine d’un orphelinat à Fougères dépeint comme  » La Mésangère  » . Amie d’une autre dame féministe, Marie Berthaume, parmi les premières à faire des études de médecine, elle écrivit également  avec son amie  » L’interne « , et d’autres ouvrages.

Un portrait la montre  habillée à la mode de son temps, la taille très fine, l’air intelligent et déterminé.

Elle fut mécène  pour un artiste  de Laval, Auguste Alleaume, qui put grâce à elle réaliser des vitraux pour Fougères  ( vitrail d’Anne de Bretagne ) et en Mayenne.

Marraine et mère adoptive d’une petite fille de Rennes, elle l’éleva au mieux …  il s’agit d’ Annie Lauran, ou Marie-Elise Ilari – Myriam Boltanski, qui commença des études de médecine, interrompues par la poliomyélite, et publia, comme elle … chez Plon !

Quant à son domaine, ses importantes terres en Mayenne, sa fille adoptive et légataire, héritière dès ses 20  ans, en  a bien reçu les fermages, mais les a laissées à l’abandon, sans assurer aucun entretien du manoir –  le tout a été vendu  » au prix du terrain « . ( Source :   » La cache » , de Christophe Boltanski, Prix Femina  2015).

Elle pourrait être considérée comme un   » Zola  » féminin, catholique.

 » Il nous est venu de tous les quartiers des écolières sans emploi. Ignorant presque la famille qu’a désorganisée l’inexorable vie d’atelier, laissées à elles-mêmes depuis l’heure matinale où les parents, après un hâtif déjeuner,  se rendent au travail, elles n’avaient autrefois, pendant les heures de congé, que d’autre refuge que la rue, qui devenait leur domaine ; maintenant, un asile  leur est ouvert, et elles viennent ici parce qu’on y gronde peu  » …

( En cours de lecture, car  … son roman est copieux ! )

Au dos, l’indication des livres publiés au début du XXème siècle…

IMG_0005

Myriam Thélen – La mésangère – Roman – Préface par Etienne Lamy, de l’Académie française – Librairie Plon-Nourrit, imprimeurs-éditeurs- 343 pages  – 1909 – ( Prix Montyon, de l’Académie française )

( Tous droits réservés, etc – copyright )

Une réflexion sur “Myriam Thélen ( pseudonyme de Marie Nélet, Fougères, mère adoptive d’Annie Lauran, pseudonyme de Marie-Elise Ilari – Myriam Boltanski )- La Mésangère – Roman – Editions Plon-Nourrit – 1908

  1. I do trust all of the ideas you’ve presented in your post. They’re very convincing and can certainly work. Nonetheless, the posts are very short for beginners. May just you please lengthen them a bit from next time? Thanks for the post. bdffdaeeaaekdfad

Bonjour - Hello - Can I modify later ? Thank you

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s